UMP - DLR - Dupont-Aignan

Publié le par Laurent Pelvey

PARIS, 26 jan 2005 (AFP) - Nicolas Dupont-Aignan, député UMP opposé à la Constitution européenne et à l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne (UE), a plaidé mercredi sur France Inter pour "une Europe à géométrie variable".

Dans cette Europe, "chaque Etat gardera la maîtrise de sa souveraineté, c'est-à-dire donnera son feu vert ou son feu rouge", a-t-il affirmé lors de l'émission Res Publica. "En revanche, un Etat qui ne veut pas avancer ne pourra pas bloquer ceux qui le veulent", a-t-il ajouté.

"Comment imaginer qu'on puisse avancer à 25, 28, 30 maintenant avec la Turquie, d'un même pas! Comment imaginer qu'on puisse imposer à un peuple, comme la France ou l'Angleterre, une politique contraire à ses intérêts et à sa République, comme sur la laïcité par exemple!", s'est il exclamé.

Selon M. Dupont-Aignan, qui est également président du club Debout la République, "la signature de ce traité (constitutionnel de l'UE) va aboutir à la dépossession de la souveraineté de la France". En outre, "la question turque est profondément liée à cette Constitution", estime-t-il.

"Je voterai un traité ou une constitution quand ce traité ou cette constitution délimitera enfin les frontières de l'Europe. Si la France ne dit pas non maintenant, après il sera trop tard pour se plaindre", a-t-il affirmé.

Le député, qui a obtenu 9,10% à l'élection du président de l'UMP le 28 novembre dernier, à laquelle ont participé 53,29% des membres de l'UMP, estime représenter "un bon tiers" de l'ensemble des adhérents.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article