PT

Publié le par France Républicaine

PARIS, 22 jan 2005 (AFP) - Plusieurs milliers de personnes - 5 à 6.000 selon l'AFP, 5.000 selon la police et 10.000 selon les organisateurs - ont manifesté samedi à Paris contre la Constitution européenne, à l'appel du Comité national pour le non réuni à l'initiative du Parti des travailleurs (PT, extrême gauche).

Les manifestants venus de toute la France, qui ont commencé par participer à un meeting place de la République avant de se rendre place de la Nation, déployaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : "non à la fermeture des services publics", "non à la destruction de l'école" ou encore "défense du code du travail".

Au cours du meeting, plusieurs personnalités ont pris la parole, et notamment Gérard Schivardi, maire PS de Mailhac (Aude) et animateur du Comité de défense des communes, qui a plaidé pour le maintien des petites communes appelées à disparaître en l'absence de services publics.

Un conseiller général PCF de la Loire, Alain Pecel, a estimé que "la victoire du non est indispensable pour les salariés", ajoutant que "voter oui, c'est voter pour Giscard, Chirac, Sarkozy et Seillière".

Enfin, Daniel Gluckstein, secrétaire national du PT, a affirmé sa "volonté de défendre la République" et exhorté tous les partisans du non à se mobiliser et organiser des réunions dans toute la France.

A l'issue du meeting, un "serment de la place de la République" a été lancé pour "amplifier la bataille du non". Il s'agit de "reconquérir tous les droits, toutes les garanties, toutes les libertés que l'Union européenne et sa prétendue Constitution veulent démanteler", affirme le texte de ce "serment".

Une pétition pour dire non au référenum lancée à l'initiative du PT a déjà recueilli plus de 50.000 signatures, ont annoncé ses promoteurs.

 

@

 

PARIS (AP) -- Plusieurs milliers de personnes -5.000 selon la police, plus de 10.000 selon les organisateurs- ont manifesté samedi après-midi à Paris entre les places de la République et de la Nation, à l'appel du Comité national pour le "non" à la Constitution européenne.

A l'occasion de ce rassemblement, les participants ont adopté le "serment de la place de la République", destiné à "mobiliser toutes les forces pour la victoire du vote 'non'" au référendum prévu avant l'été.

"S'il s'agit de reconquérir tous les droits, toutes les garanties, toutes les libertés que l'Union europénne et sa prétendue Constitution veulent démanteler, alors le chemin le plus court, le plus efficace pour y parvenir est notre mobilisatioon et notre action immédiates pour le vote 'non'", souligne le texte.

"Comme ce fut le cas à chaque moment décisif pour l'histoire de notre pays, c'est au peuple, 'par en bas', de prendre son avenir entre ses mains et de reconquérir ainsi sa souveraineté", conclut cet appel, appelant les partisans du "non " à sauver "la République et la démocratie".

A l'initiative du Parti des travailleurs de Daniel Gluckstein, présent à cette manifestation, une pétition pour dire "non" au référendum a été lancée et aurait déjà rassemblé plus de 50.000 signatures.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article