PS - Fabius

Publié le par France Républicaine

PARIS, 20 jan 2005 (AFP) - L'ancien premier ministre socialiste Laurent Fabius a réaffirmé jeudi qu'il s'abstiendrait à l'Assemblée nationale lors du vote de la révision constitutionnelle préalable à l'adoption de la Constitution européenne mais qu'il serait "tout à fait loyal" vis-à-vis du PS lorsque celui-ci fera campagne pour le oui au référendum.

Concernant le projet de loi de révision constitutionnelle, "il y a plusieurs dispositions qui à mon avis font un gros problème", a déclaré M. Fabius sur France Info.

"D'abord ça revient en fait à approuver l'entrée de la Turquie dans l'Union européenne, (...) et je ne suis pas d'accord avec cela". "L'autre aspect, c'est qu'on devrait saisir cette occasion de la révision de la Constitution française pour que les parlementaires français aient plus de contrôle sur les décisions européennes et ce n'est pas la proposition qui a été faite", a-t-il expliqué.

"Comme je ne veux pas non plus donner le sentiment de poursuivre le débat interne du Parti socialiste sur la Constitution européenne, je ne suis pas porté à voter +non+ mais je pense qu'une bonne solution est de s'abstenir", a précisé M. Fabius.

Pour le référendum, "il n'est pas question qu'il y ait deux campagnes différentes, il y aura une campagne du PS qui sera une campagne pour le +oui+", a-t-il dit.

"Je veux être tout à fait loyal vis-à-vis de l'organisation dont je suis le numéro deux" : "J'ai dit en son temps pourquoi je pensais que, au nom même de mes convictions européennes, cette Constitution n'était pas bonne, ça c'est ma conviction individuelle, mais je ne vais pas aller sur des tribunes pour faire campagne", a-t-il ajouté.

 

@

 

PARIS, 20 jan 2005 (AP) - Opposé à la Constitution européenne, le numéro deux du Parti socialiste Laurent Fabius a expliqué jeudi qu'il ne ferait pas campagne pour défendre le "non" au référendum, même s'il a décidé qu'il s'abstiendra lors de la révision de la Constitution française permettant la ratification du traité européen.

"Sur la révision de la Constitution française (...) effectivement, j'ai pris position pour l'abstention", a-t-il affirmé sur France-Info.

Selon lui, "quand on regarde le texte qui nous est proposé, il y a plusieurs dispositions qui, à mon avis, font un gros problème". "On devrait saisir cette occasion de la révision de la Constitution française pour que les parlementaires français aient plus de contrôle sur les décisions européennes", a-t-il notamment estimé, avant d'expliquer qu'il n'était pas "porté à voter non" mais qu'il pensait "qu'une bonne solution est de s'abstenir".

L'ancien Premier ministre n'a pas précisé s'il voterait contre la Constitution européenne lors du prochain référendum, suivant ses "convictions personnelles".

"Je veux être tout à fait loyal pour l'organisation dont je suis le numéro deux", a-t-il simplement affirmé, avant de promettre qu'il n'irait pas "sur les tribunes pour faire campagne" pour le "non", alors que les militants socialistes se sont prononcés en faveur du traité. "Il n'est pas question qu'il y ait deux campagnes différentes", a affirmé Laurent Fabius.

Les députés examineront à partir de mardi le projet de loi qui rend la Constitution française "eurocompatible" avant la ratification de la Constitution européenne par référendum. Suivant le vote des militants, le groupe socialiste a annoncé qu'il voterait pour, mais plusieurs responsables ont déjà annoncé qu'ils s'abstiendraient. Le référendum lui-même doit être organisé avant l'été.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article