politique industrielle

Publié le par Laurent Pelvey

communiqué de Georges Sarre, 18/01/2005

 

Le succès d'Airbus tient à une exemplaire coopération intergouvernementale. C'est parce que les gouvernements français allemand, britannique, et espagnol ont rassemblé leurs forces à l'écart des institutions européennes et de leur fanatisme libéral que ce succès a été rendu possible.

Le MRC se félicite de la prochaine présentation de l'A380. Avec ce très gros porteur, Airbus signe une nouvelle réussite industrielle, porteuse d'emplois pour les salariés français mais aussi de rêve et d'évasion pour l'ensemble de nos concitoyens.

Malheureusement, si le « oui » l'emportait au référendum sur le projet de Constitution européenne, de telles initiatives deviendraient inconcevables.

En consacrant dans son article I-3 la « concurrence libre et non faussée », le projet de Constitution européenne interdit à la fois la formation de consortiums du type d'Airbus et les aides étatiques, qui financent une part importante du projet A380. En excluant dans son article I-30 un pilotage politique de l'euro, il condamne en outre Airbus à délocaliser une partie croissante de sa production pour échapper à l'euro fort.

Qu'on ne s'y trompe donc pas : le lancement de l'A 380 illustre bel est bien un argument industriel en faveur du « non » !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article