PS - Montebourg

Publié le par France Républicaine

PARIS, 19 jan 2005 (AFP) - Le député socialiste Arnaud Montebourg, animateur du courant Nouveau Parti socialiste (NPS), a confirmé mercredi qu'"à titre personnel" il voterait non à la Constitution européenne, mais qu'il ne ferait pas campagne contre la position de son parti, partisan du oui.

Arnaud Montebourg a expliqué sur RTL que "comme patriote de parti" il avait "le devoir d'être discipliné" et de respecter "le verdict des militants" qui ont voté en décembre en faveur de l'approbation de la Constitution européenne.

"A titre personnel, je voterai non mais je ne ferai pas campagne contre la position de mon parti (...) En conscience, je souhaite la victoire du non", a-t-il ajouté.

Le député de Saône-et-Loire a souligné que le débat au sein du PS avait été "exemplaire" et que les socialistes avaient "intérêt à ce qu'il se reproduise sur d'autres sujets importants".

Il a réaffirmé qu'il s'abstiendrait sur le projet de loi de révision constitutionnelle préalable à l'organisation du référendum sur la Constitution européenne.

 

@

 

PARIS, 19 jan 2005 (AP) - Le député socialiste Arnaud Montebourg a assuré mercredi qu'il s'abstiendrait lors du vote à l'Assemblée nationale de la révision constitutionnelle préalable au référendum sur la Constitution européenne, auquel il a annoncé qu'il voterait "non".

Alors que le Parti socialiste a décidé en décembre de soutenir la Constitution européenne, Arnaud Montebourg a maintenu sur RTL son opposition au traité, qui pose, selon lui, "un certain nombre de problèmes considérables".

"François Hollande demande que nous votions" en faveur de la révision constitutionnelle préalable au référendum sur le traité européen, a regretté Arnaud Montebourg. "Je pense que c'est une erreur de le voter dans l'état."

"Nous voterons contre", a-t-il dit, sans préciser le nombre de députés socialistes qui suivront son choix. "Chaque député est en réflexion", a-t-il simplement ajouté.

Arnaud Montebourg a précisé que le PS déposerait un amendement permettant de renforcer le contrôle du Parlement en matière de contrôle du droit européen. "Nous pouvons exiger, alors que nous sommes les supplétifs de la droite en apportant nos voix à la révision constitutionnelle, que cette révision organise de façon démocratique le contrôle des parlementaires sur la construction européenne", a-t-il avancé.

Concernant le référendum lui-même, le député de Sâone-et-Loire a réaffirmé qu'il voterait contre la Constitution européenne "à titre personnel" et qu'"en conscience", il "souhaite la victoire du non". "Je ne ferai pas campagne contre la position de mon parti", a-t-il toutefois ajouté, expliquant que "comme patriotes de parti (...), nous avons le devoir d'être disciplinés et de respecter le verdit des militants".

L'examen du projet de loi constitutionnelle révisant la Constitution française sera ouvert le mardi 25 janvier. Ce texte qui renforce notamment les prérogatives du Parlement français est une étape indispensable avant le référendum sur le traité européen, qui sera organisé cette année, à une date encore inconnue.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article