MARS

Publié le par Laurent Pelvey

communiqué du Mouvement pour une Alternative Républicaine et Sociale (MARS), 14/07/2004

 

Le MARS se félicite de la décision du président de la République de soumettre par référendum la ratification finale de la constitution européenne. Nous notons également qu'en expliquant, en substance, que tous les gens de bonne foi admettront le caractère positif de ce texte, Jacques Chirac débute la campagne pour le "oui" avec les mêmes arguments simplistes et caricaturaux qui furent utilisés au moment du référendum du traité de Maastricht. Cet engagement précoce de l'Élysée rappelle, si besoin en était, l'importance historique que va revêtir ce référendum.

Il est en effet l'occasion, peut-être unique, d'inverser la construction européenne qui, depuis plusieurs décennies, prétend installer le libéralisme économique comme seul horizon, au point de le rendre quasi irréversible à travers ce traité constitutionnel, et, dans un même mouvement, participe à la désagrégation de la souveraineté populaire. Parce que l'édification du Marché Unique européen et les politiques nationales sont étroitement liées, il va constituer également le moyen de contester les politiques libérales que mènent depuis 1983 nos gouvernements et particulièrement celui Jean-Pierre Raffarin. Il est donc essentiel que s'amorce dès maintenant une campagne en faveur du "non".

Il est également essentiel que la gauche antilibérale ne laisse pas à la droite nationaliste le soin de donner le ton à cette campagne. Il est de notre devoir de refuser la constitution Giscard au nom d'une plus grande solidarité entre les peuples de notre continent, d'une meilleure coordination politique pour ne pas laisser le marché seul décideur de notre avenir, au nom de nos valeurs internationalistes. Comme il l'a entrepris depuis sa création, le MARS va donc peser pour une campagne la plus unitaire et la plus large possible de la gauche, sans sectarisme mais sans ambiguïté non plus sur la nécessité de refuser ce traité constitutionnel.

Par la diversité des forces qui ont déjà commencé à travailler ensemble sur un texte d'appel, le processus initié par la Fondation Copernic fin juin nous semble de ce point de vue un outil capable de rassembler les partis, syndicats, associations, mouvements altermondialistes, acteurs des mouvements sociaux et tous les citoyens qui le souhaitent. Le MARS souhaite donc que dès la rentrée de septembre un "non" de gauche à la constitution s'impose dans le paysage politique. Non pour témoigner mais pour l'emporter.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article