PCF - Dartigolles

Publié le par France Républicaine

PARIS, 14 jan 2005 (AFP) - Le Parti communiste français, qui réunit son conseil national vendredi à Paris, estime que Jacques "Chirac vient de prendre la tête des partisans du oui" au référendum sur la Constitution européenne, selon le rapport introductif d'Olivier Dartigolles.

L'annonce par le président de la République d'un référendum avant l'été est pour les communistes la preuve que le chef de l'Etat cède "aux partisans du oui qui réclamaient un calendrier rapide", a estimé M. Dartigolles, responsable national chargé de la jeunesse.

Dans son intervention d'ouverture des débats du conseil national, qui doit se terminer dans la soirée, il est longuement revenu sur la campagne du PCF pour le "non au traité constitutionnel" et pour "une autre Europe".

Cette campagne mobilise toutes les énergies des militants et de la direction du parti, d'autant que dans l'attitude du gouvernement, "il y a d'abord la volonté de profiter au maximum de l'effet produit par la victoire du oui lors de la consultation interne au PS".

Mais, analyse M. Dartigolles sur les base des derniers sondages, "la fébrilité gagne le camp du oui", et il n'est pas question pour le PCF de laisser "réduire le champ d'une dynamique majoritaire du non".

"Nous entrons dans la phase active de la campagne", assure-t-il, "toutes les initiatives, les luttes, les mobilisations pour faire grandir le non jusqu'à le faire gagner, vont compter". "Face à la tentative de contournement des vrais enjeux et à l'abstention", il s'agit de "poursuivre et amplifier la politisation".

Pour le PCF, l'"objectif est d'élargir le plus possible le rassemblement pour le non", qui pourra gagner "à la condition qu'il soit vécu comme porteur d'une autre Europe". "Il y a besoin d'Europe", assurent-ils, mais "d'une autre Europe" et "c'est possible".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article