OUI aux Lumières, NON au traité

Publié le par Laurent Pelvey

De la Commune à mai 81, chaque fois que la France a marqué l'Histoire, ce fut à contre-pied

 

Inquiets, en tant que citoyens, de voir le fossé se creuser entre les nantis et les démunis ; heurtés, en tant que laïcs, par l'enrôlement unilatéral des médias publics d'information, pourtant financés par l'ensemble des contribuables ; alarmés, en tant qu'individus, par le ton «ordre moral» de trop nombreux partisans du oui, avec intimation notabiliaire du bas peuple et stigmatisation injurieuse des dissidents ; et conscients du devoir de combattre demain le populisme revanchard et sot, les soussignés croient devoir manifester ce qu'en d'autres circonstances ils auraient gardé pour eux : on ne s'interdira pas, le 29 mai, de voter non.

Le oui a des raisons auxquelles nous ne sommes nullement insensibles. Aussi respectons-nous ceux qui en feront le choix, sans y voir pour autant le camp du Bien ou de la Vérité. Car, ne nous leurrons pas : chaque option est un pari sur l'avenir, aucune n'est en position de délégitimer l'autre. Les risques sont partagés.

Tout bien pesé cependant, et puisque l'incertitude sur l'ultime ne saurait justifier l'abstention dans l'immédiat, il nous semble que l'adoption de ce traité constitutionnel, en l'état, fera courir plus de risques que son rejet à l'Europe que nous appelons de nos voeux : un continent où les salariés soient aussi considérés que les chefs d'entreprise, et où le banquier n'ait pas le dernier mot ; non-aligné à long terme sur les Etats-Unis d'Amérique ; et bien décidé à fausser la concurrence commerciale en matière de culture, de recherche et de service public.

Il est, là contre, un argument qui nous semble en tout cas irrecevable dans son principe, sauf à ériger le mouton de Panurge en modèle civique : le devoir que nous aurions de coller à nos voisins et amis, tout écart à la moyenne étant censurable. Si tel est le cas, gommons dès demain des annales de la République elle-même, à savoir le 18 juin 1940 et la Commune de Paris, 1792 et 1848, Mai 1968 et mai 1981. Toutes les fois que notre pays a laissé une trace dans la mémoire des hommes, et rendu service aux peuples frères, il fut en effet à contre-pied. L'esseulé de la veille se retrouvant, à chaque reprise, l'exemplaire du lendemain, ou du moins son ferment. Pour transformer en un oui à l'Europe des Lumières, un non à ce traité obscur.

 

signataires :

Jean-Louis Comolli, Guy Coq, François Dagognet, Régis Debray, Françoise Gaillard, Robert Guédiguian, Jean-Claude Guillebaud, Marie-José Mondzain, Gérard Mordillat, Dominique Noguez, Bernard Noel, Michel Onfray, Ernest Pignon-Ernest et Serge Sautrau

 

Publié dans Militer

Commenter cet article