PS - NM - Mélenchon

Publié le par France Républicaine

BORDEAUX, 26 mai 2005 (AFP) - Le sénateur socialiste de l'Essonne Jean-Luc Mélenchon a déclaré jeudi lors d'un meeting à Cenon, dans la banlieue bordelaise, s'être "ressourcé comme homme et comme militant politique" avec la campagne pour le non.

"J'avoue et je reconnais que je me suis ressourcé comme homme et comme militant politique", a-t-il déclaré devant quelques milliers de personnes, réunies pour ce meeting "unitaire" avec la Confédération paysanne, Attac, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) et le Parti communiste.

Jean-Luc Mélenchon a d'ailleurs remercié Attac, la fondation Copernic et la LCR avec laquelle il a espéré "pouvoir continuer les combats de l'avenir", avant d'exprimer, "plus singulièrement", sa "gratitude" au Parti communiste "pour (lui) avoir rendu la parole quand d'autres prétendaient la (lui) enlever".

Pour Alain Krivine, "le non ouvre tous les espoirs": "il faudra continuer l'unité que nous avons réalisée, voir ensemble des communistes, la LCR, des Verts, des associations, c'est exceptionnel", a-t-il estimé.

Côté politique, M. Mélenchon a affirmé que Jacques Chirac n'avait "pas le droit de dire que la France serait affaiblie si les Français votent non", ni le le droit de "dire qu'il n'y aura pas de renégociation". "Parce que si le peuple français vote non, vous irez renégocier. Si vous n'êtes pas capable de le faire, allez-vous en!" a-t-il lancé.

De son côté, l'ancien leader de la Confédération paysanne, José Bové, a affirmé en marge du meeting qu'"aujourd'hui, il y a une insurrection citoyenne qui est en marche. Je pense que ce qui va se passer dimanche risque d'être historique", a-t-il dit.

"L'insurrection citoyenne, c'est la réappropriation par les citoyens du débat démocratique, et pour la première fois depuis trente ans, s'est-il réjoui, un débat pour savoir dans quelle société nous voulons vivre, quelle Europe nous voulons construire".

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article