PS Nouveau Monde

Publié le par France Républicaine

 

PARIS, 25 mai 2005 (AFP) - Deux ténors du "non de gauche" à la constitution européenne, Jean-Luc Mélenchon et Henri Emmanuelli, qui menaient jusqu'ici une campagne parallèle, se sont retrouvés de manière délibérée mais inattendue mercredi soir sur une même estrade dans une réunion publique, selon un journaliste de l'AFP sur place.

M. Emmanuelli, qui ne figurait pas parmi les orateurs prévus, s'est rendu quasiment à l'improviste à un meeting dans le 20è arrondissement de la capitale de Jean-Luc Mélenchon et de son Club pour une République sociale sous le sigle duquel le sénateur PS de l'Essonne fait campagne pour le "non".

Après une étreinte virile les deux hommes ont remonté ensemble l'allée menant au podium sous les acclamations de quelque 400 personnes."Je viens dire bonjour à mes amis qui font campagne. Jean-Luc Mélenchon et moi on a nos vies. Ce n'est pas comme d'autres, il n'y a pas de séparation dans l'air", a dit le député des Landes faisant allusion au couple Sarkozy.

A la tribune le député des Landes a déclaré que "par rapport à la responsabilité" de faire gagner le "non", "c'est au peuple de gauche que nous devons penser et à rien d'autre". Co-fondateurs du courant "nouveau monde" au PS, mis en sommeil au mois de mars, MM. Emmanuelli et Mélenchon ne se voyaient ni ne se parlaient plus directement depuis des semaines.

L'absence parmi les invités de Jean-Luc Mélenchon et Olivier Besancenot à un dernier meeting de campagne organisé vendredi prochain à Paris par M. Henri Emmanuelli avait provoqué des chamailleries dans le camp du "non de gauche" depuis samedi.

Les Fabusiens partisans du "non" mais qui ne font pas de meeting avaient aussi fait le déplacement. Le maire de l'arrondissement, Philippe Charzat, a accueilli les participants en saluant "la très belle campagne de Laurent Fabius". Claude Bartolone, député de Seine-Saint-Denis et homme de confiance de Laurent Fabius, était venu faire "un salut amical à la très belle campagne de Jean-Luc Mélenchon" mais n'a pas pris la parole.

Dans l'arrondissement voisin Dominique Strauss-Kahn a tenu lui une réunion devant 400 personnes également, selon les journalistes, en présence du député parisien Jean-Christophe Cambadelis et du premier secrétaire de la fédération de Paris et adjoint au maire de la capitale, Patrick Bloche.

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article