fédération Défense de la CGT

Publié le par France Républicaine

PARIS, 25 mai 2005 (AFP) - La fédération Défense de la CGT a indiqué mercredi qu'elle dirait "non" au référendum du 29 mai sur la Constitution européenne en s'opposant à "l'ouverture du marché européen de l'armement à la concurrence".

"Ces messieurs de Bruxelles entendent créer les conditions du libre échangisme des armes le plus vite possible, au nom du seul modèle économique prôné par l'OMC", déplore dans un communiqué le secrétaire général de la CGT Défense, Jean-Louis Naudet, dont la fédération "dira +non+ au Traité constitutionnel".

L'Agence européenne de la défense (AED), dont le siège est à Bruxelles, a été chargée de proposer d'ici fin 2005 un "code de conduite" volontaire visant à ouvrir le marché européen de l'armement à la concurrence, un secteur ultra-protégé par les Etats et qui échappe le plus souvent aux règles du marché intérieur.

"Ouvrir ce marché à la concurrence, c'est l'ouvrir aux multinationales du secteur, américaines aujourd'hui, chinoises demain, en les incitant à accroître leur prédominance en Europe", estime la CGT-Défense.

"C'est mettre à mal l'indépendance technologique de l'Europe en matière d'armement, en la soumettant aux critères d'interopérabilité de l'OTAN", ajoute la CGT qui rappelle la journée d'action du 9 juin avec manifestations et éventuellement arrêts de travail pour défendre l'emploi industriel et les salaires.

 

Commenter cet article