MRC - Chevènement

Publié le par France Républicaine

PARIS, 25 mai 2005 (AFP) - L'ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement, opposé à la Constitution européenne, a affirmé mercredi que "le non républicain a sa cohérence", contrairement à ce qu'affirment les partisans du oui et notamment Lionel Jospin.

"Nous articulons l'abandon de la souveraineté monétaire et les délocalisations. Laurent Fabius remet en cause l'indépendance de la banque centrale, le pacte de stabilité budgétaire, accepte l'idée d'une Europe à géométrie variable", a expliqué le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC) sur France 2.

Il a ajouté que "le oui de Lionel Jospin ne se différenciait en rien du oui de la droite". "Ses arguments sont exactement les mêmes, ils sont parfaitement compatibles", a-t-il jugé.

Selon M. Chevènement, "en 2007, nous serons constitutionnalisés, ces contraintes s'appliqueront au gouvernement qui sera mis en place quel qu'il soit et nous aurons raté l'occasion d'ouvrir la voie à une renégociation de certaines dispositions des traités européens, comme les statuts de la banque centrale, le pacte de stabilité".

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article