référendum sondages

Publié le par France Républicaine

PARIS, 23 mai 2005 (AFP) - Trois nouveaux sondages publiés lundi ont confirmé la prédominance du non, avec 53% des intentions de vote pour deux d'entre eux et 54% pour le troisième, à six jours du référendum constitutionnel européen du 29 mai.

Depuis la mi-mai, il s'agit des 8è, 9è et 10è sondages consécutifs à donner la victoire aux adversaires de la ratification du Traité constitutionnel européen.

Selon un sondage CSA France 3/France Info/Le Parisien/Aujourd'hui en France à paraître mardi, le non recueille 53% des intentions de vote, contre 47% au oui, soit une augmentation de deux points par rapport à la précédente enquête il y a une semaine.

Selon une enquête Ipsos/Le Figaro/Europe 1, le non gagne également deux points avec 53% des intentions de vote, le oui obtenant 47% (-2).

Enfin, selon un sondage Ifop/Paris Match réalisé du 21 au 23 mai, le non gagne toujours deux points par rapport à la précédente enquête réalisée les 19 et 20 mai mais à 54%.

Ces trois sondages, après ceux du week-end, confirment qu'après un tassement dans la première quinzaine de mai, qui avait vu le oui repasser légèrement en tête, le non a repris une progression constante.

Ils confirment également l'ancrage du non chez les électeurs de la gauche parlementaire, où il recueille 60% des intentions de vote (+1), selon Ipsos, et 59% pour l'Ifop. Les opposants au Traité sont même de nouveau majoritaires parmi les sympathisants socialistes à 54% (plus quatre points) pour Ipsos et 52% (moins un point) pour l'Ifop.

En revanche, le oui reste largement en tête chez les sympathisants de la droite parlementaire où il recueille 73% des voix (+1) contre 27% pour le non, notamment chez les électeurs de l'UMP (73%, +1), indique Ipsos.

Toujours selon cet institut, de plus en plus de sondés pronostiquent une victoire du non. Ils sont 41% dans ce cas contre 27% dans le sondage précédent, soit 14 points de progression. Une majorité relative (45%) affirme souhaiter la victoire du non, contre 38% celle du oui.

"L'idée désormais majoritaire d'une défaite du oui est maintenant en phase avec le souhait des Français", souligne le directeur d'Ipsos, Pierre Giacometti. La campagne officielle pour le référendum prenant fin vendredi 27 mai à 24HOO, les instituts de sondage ne pourront plus alors publier de sondage jusqu'à la clôture du scrutin, dimanche 29 à 22H00.

Pour l'Ifop le vote en faveur du oui perd 10 points auprès de l'ensemble des sympathisants de droite, 17 points pour la seule UMP.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article