Pasqua, Myard

Publié le par France Républicaine

 

PARIS, 22 mai 2005 (AFP) - Charles Pasqua, président du Rassemblement pour la France (RPF), a appelé Jacques Chirac dimanche à "rétablir unilatéralement" des quotas sur les textiles chinois tandis que Jacques Myard (UMP) a estimé Bruxelles "déconnecté" des réalités politico-économiques.

Les deux élus réagissaient à des propos du commissaire européen au Commerce Peter Mandelson qui a déclaré dimanche en Jordanie que l'Union européenne "ne veut pas rétablir de quotas" sur le textile chinois mais "cherche à parvenir à un accord" avec Pékin.

"Les Français seraient bernés s'ils croyaient que les hausses de taxes à l'exportation décidées par la Chine sur certains de ses produits régleraient le problème. Ce n'est pas par une très légère hausse du prix que ce problème sera réglé", a affirmé M. Pasqua dans un communiqué.

"J'appelle solennellement le président de la République à décider que la France fasse comme les Etats-Unis, c'est-à-dire qu'elle instaure unilatéralement des quotas sur les textiles chinois quoi que puisse dire et faire la Commission de Bruxelles", a-t-il ajouté.

Selon M. Myard, président du cercle Nation et République, les déclarations de M. Mandelson "démontrent ô combien la technocratie bruxelloise est coupée des réalités politico-économiques des pays touchés par l'afflux massif des produits chinois".

"Il est urgent de mettre un terme à ce système européen absurde qui fait de la Commission le deus ex machina de la politique commerciale de l'Union européenne" et de replacer la Commission "sous l'autorité du conseil des ministres", a ajouté M. Myard, qui appelle comme M. Pasqua à voter "non" à la Constitution européenne.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article