Parti communiste grec

Publié le par France Républicaine

ATHENES, 21 mai 2005 (AFP) - Plus de 100 élus dans les instances des autorités locales en Grèce, proches au parti communiste grec (KKE), ont signé une lettre de solidarité envers les tenants du "non" au référendum du 29 mai en France sur le traité constitutionnel européen.

"Nous sommes solidaires des forces progressistes en France pour le NON à la constitution européenne", était le titre de cette lettre publiée par le KKE, parti traditionnellement anti-européen, et reçue samedi à l'AFP.

"Cette victoire (du "non") constituera une contribution importante à la lutte des peuples des pays membres de l'Union européenne contre la nouvelle avalanche de dispositions moyenâgeuses, anti-ouvrières, anti-démocratiques, chauvines et militaristes que tentent d'imposer la dictature de la dite ++Constitution européenne++ et de l'Otan", indique-t-on dans cette lettre.

La Grèce, pays majoritairement pro-européen, a ratifié le 19 avril par la voie parlementaire avec une large majorité (268 voix pour et 17 contre) le traité constitutionnel européen, le "oui" étant soutenu par les deux principaux partis, conservateur (au pouvoir) et socialiste (Pasok). Le KKE (12 députés sur les 300) et le petit parti de gauche Syn ont voté contre.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article