EDF GDF

Publié le par France Républicaine

PARIS, 19 mai 2005 (AFP) - Quelque 320 agents d'EDF et de Gaz de France, dont de nombreux syndicalistes, ont annoncé jeudi la constitution d'un Comité national pour appeler les Français à voter "non" au référendum du 29 mai, en raison des effets négatifs, selon eux, de la concurrence dans l'électricité et le gaz.

Dans son appel, ce Comité souligne que "depuis la mise en place des directives européennes en 2000, les effets de la concurrence dans l'électricité et le gaz ne sont plus à démontrer".

Le Comité fait état d'une "hausse vertigineuse depuis 2000 des tarifs du gaz pour les particuliers de 30%, d'une perspective d'augmentation de 46% (du gaz) avec les trois hausses prévisibles en 2005, et d'une hausse de plus de 30% de l'électricité pour les gros industriels".

Le Comité souligne encore "la baisse de la qualité du service à la clientèle, de la sécurité des installations, et la suppression du service public de proximité".

Selon lui, "les prérogatives de la Constitution se traduiraient par le démantèlement, la mise en concurrence et la privatisation de ces secteurs", les services publics étant "livrés à la seule loi des marchés financiers".

Pour ce comité, il "s'agit de faire échouer un texte qui entend placer la libre concurrence non faussée au même rang que les Droits de l'Homme". Il invite les électriciens-gaziers à signer son appel à l'adresse suivante (olive.barraultúwanadoo.fr).

"Notre non au Traité constitutionnel est la suite logique de notre combat contre la déréglementation, la séparation d'EDF et de GDF, l'ouverture du capital et la régression sociale engendrées", ajoute le Comité favorable à la "création d'un pôle 100% public de l'énergie avec la fusion d'EDF et de GDF".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article