PS - NPS - Montebourg

Publié le par France Républicaine

PERPIGNAN, 17 mai 2005 (AFP) - Arnaud Montebourg, député socialiste de Saône-et-Loire, a estimé mardi à Perpignan que le Plan B, en cas de victoire du non le 29 mai au référendum sur le traité constitutionnel européen, passera par la modification de la clause de révision.

"Le plan B c'est (...) la possibilité de modifier cette fameuse troisième partie, qui met des politiques à l'intérieur du texte, qui n'ont rien à y faire et qui paralysent la démocratie européenne. C'est par la révisabilité de cette partie que le texte redeviendra un instrument démocratique où les citoyens pourront contrôler et maîtriser la construction européenne", a indiqué au cours d'une conférence de presse le député du courant Nouveau Parti socialiste.

"Comment voter pour un texte qui est inacceptable et en plus irrévisable, je veux bien voter pour un texte acceptable irrévisable, ou un texte inacceptable et révisable, mais les deux c'est difficile, c'est même impossible", a-t-il précisé.

Arnaud Montebourg a réaffirmé mardi à Perpignan son "non socialiste de conviction" au référendum sur le traité constitutionnel européen.

"Un responsable politique ne peut être silencieux", a-t-il expliqué. "Le respect du référendum interne du Parti socialiste (...) je l'ai, en ne participant pas à des débats contradictoires, mais je m'exprime quand même, sans stigmatiser ceux qui soutiennent le oui".

Arnaud Montebourg a, dans l'après-midi animé, une autre conférence sur la décentralisation menée par le gouvernement Raffarin qu'il a qualifiée de "décentralisation des déficits de l'Etat sur les plus faibles au profit des plus riches".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article