PS - Montebourg

Publié le par France Républicaine

PARIS, 17 mai 2005 (AFP) - Arnaud Montebourg, député socialiste partisan du non à la Constitution européenne, a estimé mardi que "c'est le non de gauche qui portera la clef de la renégociation", si les Français rejettent le traité européen le 29 mai.

"Si le non gagne, c'est le non de gauche qui a fait chuter le traité", a expliqué le responsable du courant NPS sur RTL.

La victoire du non au référendum signifierait que Jacques Chirac, "malgré le soutien à son traité d'un certain nombre de dirigeants politiques importants de gauche (...) n'a pas obtenu que l'électorat de gauche soit au rendez-vous, notamment l'électorat socialiste", a-t-il ajouté.

"Donc, c'est le non de gauche qui va porter la clef de la renégociation", selon le député de Saône-et-Loire.

M. Montebourg a ajouté qu'"il suffit d'un article et c'est la deuxième chance du traité". "Il suffit que la troisième partie soit révisable à la majorité du Parlement européen".

En cas de rejet du traité, il reviendra "aux dirigeants qui ont négocié ce texte" de le renégocier. "Il faut se mettre dans la tête que les dirigeants politiques européens aujourd'hui ne sont pas les souverains", a-t-il dit.

Après le référendum, les socialistes devront "se réunir de toute façon pour mesurer s'il y a un véritable écart entre le pays et le parti".

La réconciliation devra avoir lieu "parce que l'unité est notre talisman". "François Mitterrand a reconstruit le parti. C'est la prunelle de nos yeux. Si nous n'avons pas un parti uni, nous n'aurons plus de victoire politique", a affirmé Arnaud Montebourg.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article