Danielle Mitterrand

Publié le par France Républicaine

PARIS, 11 mai 2005 (AFP) - Danielle Mitterrand, veuve de l'ex-président François Mitterrand, a confirmé mercredi sur France 2 qu'elle voterait non lors du référendum du 29 mai sur la Constitution européenne, car selon elle ce texte "institutionnalise une autre dictature", celle du marché.

Mme Mitterrand s'"élève contre l'affirmation que ceux qui votent non sont anti-européens", un argument utilisé par l'ex-Premier ministre Lionel Jospin et le président Jacques Chirac.

Selon la présidente de l'association France-Libertés, "cette Europe de paix, on la veut telle qu'on l'a rêvée". Or, a-t-elle dit, "ce traité constitutionnel institutionnalise une autre dictature que nous ne voulons pas : le système qui fait de l'homme un sujet économique (...), qui génère la plus grande des misères, le chômage, la pollution de l'eau, de l'air".

La veuve de François Mitterrand a affirmé qu'elle entendait "tout à fait les arguments de ceux qui votent oui", comme son fils Gilbert. "Je pense que c'est une stratégie aujourd'hui dépassée, qu'on ne peut pas faire du petit pas et qu'il faut savoir dire non", a-t-elle ajouté.

Interrogé sur la position qu'aurait prise l'ancien président, Danielle Mitterrand a jugé "imprudent de vouloir faire parler quelqu'un qui n'est pas là". "C'est un peu présomptueux", a-t-elle dit.

Danielle Mitterrand s'était déjà prononcée pour le non dans une tribune au Journal du dimanche le 20 mars dernier.

Son fils Gilbert, ancien député, a rappelé mardi à Dijon qu'il voterait oui au traité constitutionnel européen.

"Elle n'arrive pas à me convaincre et je pense que la réciproque est vraie", indiquait-il. "On a le même idéal en tête", mais "moi je me bats à l'intérieur du système" tandis que ma mère "se bat pour un autre monde".

 

@

 

PARIS, 11 mai 2005 (AP) - Danielle Mitterrand a répété mercredi soir qu'elle voterait "non" le 29 mai au référendum sur le traité constitutionnel européen, estimant qu'"on ne peut pas faire de petits pas" en matière de construction européenne.

"Je vote 'non', c'est vrai et j'ai mes raisons", a déclaré la veuve du président François Mitterrand, au journal télévisé de France-2.

"J'entends tout à fait les arguments de ceux qui votent 'oui' mais je pense pour ma part que c'est une stratégie aujourd'hui dépassée, qu'on ne peut pas faire de petits pas et qu'il faut savoir dire non", a-t-elle poursuivie.

"C'est le système qui fait de l'homme un sujet économique et qui oublie que c'est aussi un homme qui pense, qui génère la plus grande des misères humaines, le chômage, la pollution", a-t-elle expliqué.

Quant aux "gens de gauche qui sont sincères et qui votent 'oui'", "ils pensent que de l'intérieur du système, ils pourront influencer la démarche des mauvais penchants de cette Constitution ". "Mais je crois qu'ils se trompent", a-t-elle tranché.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article