José Bové

Publié le par France Républicaine

PARIS, 4 mai 2005 (AP) - "Nous sommes dans une campagne pour faire triompher un non antilibéral", a expliqué mercredi l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne José Bové, pour qui un rejet de la Constitution européenne ouvrirait la voie à une renégociation.

"Ce que je regrette, c'est le mode de fonctionnement institutionnel" prévu par la Constitution , a détaillé José Bové sur LCI. "Le parlement (européen) ne pourra en fait que codécider un certain nombre de décisions et ne pourra à aucun moment mettre en place une loi" européenne sans l'appui du Conseil européen représentant les Etats membres, a-t-il souligné.

M. Bové a également dénoncé la longueur du texte et la place trop grande accordée à ses yeux aux politiques économiques de l'Union européenne au détriment "des avancées sociales" qu'il appelle de ses voeux. Avec une victoire du non, "on peut renégocier, on peut faire un texte court, lisible et compréhensible et qui soit une avancée", a-t-il conclu.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article