référendum - sondage Ipsos 47%

Publié le par France Républicaine

PARIS, 2 mai 2005 (AFP) - Le oui au référendum du 29 mai sur le traité constitutionnel européen redevient majoritaire avec 53% des intentions de vote, en progression de 5 points par rapport à la précédente enquête (22-23 avril) tandis que le non recule à 47% (contre 52%), selon un sondage Ipsos pour Le Figaro et Europe 1, rendu public lundi.

Il s'agit du troisième sondage à pronostiquer une victoire du oui, après plus d'une vingtaine donnant le non gagnant depuis la mi-mars. Une enquête TNS-Sofres-Unilog pour RTL rendue publique samedi a donné la victoire du oui avec 52% des intentions de vote.

Selon l'enquête Ipsos , réalisée les 29 et 30 avril, le oui redevient majoritaire chez les sympathisants socialistes. Il fait un bond spectaculaire de 11 points pour s'établir à 56% (contre 45% lors du précédent sondage).

Au sein de l'électorat UMP, le oui atteint un niveau record: il est à 80% des intentions de vote, en hausse de 3 points.

66% des personnes indiquent que leur choix est définitif (contre 60% lors du précédent sondage). Quatorze pour cent peuvent encore changer d'avis (inchangé). Vingt pour cent ne se prononcent pas (contre 26%).

Le niveau de mobilisation de l'électorat, calculé à partir des personnes se déclarant certaines d'aller voter est estimé à 59%.

L'intervention télévisée de Lionel Jospin jeudi incite 28% des personnes à opter plutôt pour le oui et 26% des personnes plutôt pour le non.

Chez les sympathisants socialistes, 39% pensent que l'engagement de M. Jospin a joué pour le oui, 19% pour le non.

Ce sondage a été réalisé par téléphone auprès d'un échantillon de 960 personnes, représentatif de la population française inscrite sur les listes électorales, établi selon la méthode des quotas.

 

@

 

PARIS, 2 mai 2005 (AP) - A moins d'un mois du référendum, le "oui" à la Constitution européenne redevient majoritaire dans l'opinion avec 53% des intentions de vote, contre 47% pour le "non", selon un sondage Ipsos-"Le Figaro"-Europe-1 rendu public lundi soir.

Longtemps distancé (il faut remonter au 4 mars pour le retrouver en tête), le "oui" gagne cinq points par rapport à la précédente enquête, des 22 et 23 avril, tandis que le "non" recule dans les mêmes proportions.

Interrogés sur la fermeté de leur intention de vote, 66% des sondés affirment que leur choix est définitif. Parmi eux, 86% voteront "oui" et 80% "non". En revanche, 20% des personnes interrogées, se disant certaines d'aller voter, n'ont pas exprimé d'intention de vote, contre 26% en avril.

Si 46% "souhaitent" la victoire du "oui" (contre 35% d'un avis contraire), 43% seulement la "pronostiquent" (contre 36% voyant plutôt la victoire du "non").

S'agissant des conséquences du référendum sur le traité constitutionnel, 43% affirment craindre une victoire du "non", tandis que 38% s'inquiètent d'un possible succès du "oui". Mais pour 51% des sondés, contre 32%, le "oui" incarne davantage le changement que le "non".

Quant aux événements de la semaine dernière qui ont pu influencer le choix des Français, l'intervention télévisée de Lionel Jospin a plutôt incité à voter "oui" (28% contre 26% pour le "non"), alors que le débat sur les importations de textile chinois a fait pencher la balance vers le "non" (49% contre 31% pour le "oui").

- sondage réalisé par téléphone les 29 et 30 avril auprès d'un échantillon de 960 personnes, représentatif de la population française inscrite sur les listes électorales, selon la méthode des quotas).

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article