Etienne Chouard

Publié le par France Républicaine

Par Beatrix BACONNIER MARTIN

PARIS, 22 avr 2005 (AFP) - Un professeur de lycée marseillais, qui a mis en ligne un texte critique sur la Constitution européenne, est devenu en quelques jours un porte-parole involontaire du non, dont l'analyse a connu une propagation éclair sur le net.

Pour poursuivre un dialogue entamé avec ses amis et collègues, cet enseignant en BTS, féru d'informatique, a l'idée d'ouvrir, sur son "site perso", entre photos de familles et images de parapente - son autre passion -, un espace de réflexion sur l'Europe et un texte sur le traité constitutionnel.

L'analyse qu'il y présente, fouillée, pédagogique, très critique, entâchée parfois d'erreurs et non exempte de naïveté, n'est pas celle d'un spécialiste. Mais elle exprime, en termes simples, des inquiétudes et questions partagées par beaucoup de citoyens.

Sitôt mis en ligne, le texte attire l'attention de nombreux internautes en mal d'explications sur le traité. En quelques jours, ils sont des milliers à le recevoir et le renvoyer par courrier électronique. Des sites le diffusent.

Encore inconnu fin mars, Etienne Chouard est devenu, mi-avril, un "pionnier de la cyber-citoyenneté".

Il a du mal à réaliser "l'incroyable succès de ce document" destiné au départ à un cercle restreint et à être corrigé "au fur et à mesure qu'on (lui) signalait des erreurs".

Un succès entretenu aussi par une confusion entre son titre de professeur de droit-gestion et celui qu'on lui prête d'universitaire spécialiste en droit communautaire et constitutionnel.

Défiance

"Ne me faites pas confiance, je ne suis pas une référence", lance-t-il aujourd'hui dans un nouvel appel sur son site, sans pour autant pouvoir freiner la diffusion de son premier texte qui continue de se propager sur la toile.

"Comme un virus, il a sa propre vie, sa force interne malgré toutes ses erreurs", déplore-t-il.

Des erreurs qu'il cherche quotidiennement, et honnêtement, à corriger au fur et à mesure que s'enrichissent ses connaissances, toujours grâce à ses interlocuteurs du net.

Pour M. Chouard, un tel succès est dû à l'absence de "débat digne de ce nom dans les médias" et à une "défiance envers les hommes politiques". "Si l'on sait que Laurent Fabius parle, on ne l'écoute pas parce que justement, c'est Fabius", analyse-t-il en dénonçant la "pollution du débat par les étiquettes politiques".

"Je n'appartiens à aucun parti, à aucun syndicat ou association, je ne suis le sous-marin de personne", prévient-il en interpellant les internautes : "ne laissez pas confisquer le débat par les experts".

Alors qu'il y a toujours des "milliers de visiteurs" et "2.000 courriels" en attente d'une réponse, Etienne Chouard, "sonné" par sa soudaine notoriété, hésite entre fermer son site ou laisser ouvert cet espace forum, devenu un lieu de débat citoyen.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article