PS

Publié le par France Républicaine

BELFORT, 19 avr 2005 (AFP) - Le premier secrétaire du PS François Hollande a affirmé mardi à Belfort que les militants socialistes qui se sont "affranchis" du résultat du vote interne au Parti socialiste sur la Constitution européenne "ne perdent rien pour attendre".

"Jusqu'au 29 mai, nous avons voulu permettre la vie en commun malgré ce manquement à la règle collective mais il y aura forcément d'autres rendez-vous dans le PS", a averti M. Hollande interrogé sur les militants du PS actuellement en campagne pour le non, lors d'une conférence de presse à Belfort où il est venu défendre le oui au traité européen.

"Ils ont voulu un vote, ils ont perdu le vote, ils se sont affranchis du vote, (...), je regrette cette attitude qui est la leur, je la déplore, je la condamne", a déclaré le premier secrétaire du PS assurant qu'"ils ne perdent rien pour attendre".

M. Hollande a toutefois affirmé n'être "plus dans un débat interne (qui) a eu lieu" et "n'être pas là pour régler des comptes".

Si le PS mène une "campagne sincère" pour l'approbation d'un traité qu'il considère comme "un progrès", le premier secrétaire du PS a cependant jugé "compréhensible" l'hésitation des Français face au vote et "légitimes leur colère et leur mécontentement", notamment à l'égard de la majorité gouvernementale.

"Rarement dans la vie politique française un gouvernement aura été aussi affaibli", a-t-il estimé.

"Je n'ai pas le souvenir d'un moment où un ministre de l'Intérieur mettrait en cause directement l'autorité du Premier ministre, où un président de l'UMP pourrait décrire un ministre de l'Intérieur comme dépourvu de sang-froid et un président de la République resté silencieux dans ce moment de trouble et de désagrégation".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article