référendum - sondage Ipsos 55%

Publié le par France Républicaine

PARIS, 18 avr 2005 (AFP) - Le non au référendum du 29 mai sur le traité constitutionnel européen s'élève à 55% des intentions de vote, soit une hausse de deux points par rapport à la précédente enquête (8-9 avril), selon un sondage Ipsos pour Le Figaro et Europe 1, rendu public lundi.

A six semaines du vote, il s'agit du 18ème sondage consécutif annonçant la victoire du non depuis la mi-mars.

Selon cette enquête réalisée les 15 et 16 avril, au lendemain du débat télévisé du président Jacques Chirac avec 83 jeunes, le non l'emporterait avec 55% (+2) contre 45% (-2) pour le oui. Il y a une semaine, un précédent sondage Ipsos donnait respectivement 53% pour le non et 47% pour le oui.

L'étude indique que le non a progressé de trois points chez les sympathisants de la gauche parlementaire à 63% (contre 60%), dont quatre points parmi ceux du PS (56% contre 52%). En revanche, le non a reculé de deux points chez les sympathisants de la droite parlementaire s'établissant à 32% contre 68% de oui (+2).

Parmi les personnes ayant exprimé une intention de vote, 65% (+5) présentent leur choix comme définitif, 16% indiquent qu'ils peuvent encore changer d'avis (-3), et 19% (-2) ne se prononcent pas.

Autre enseignement du sondage, 80% des personnes interrogées estiment que la victoire du non ne va pas arrêter la construction européenne, contre 16% d'avis contraires et 4% de sans avis.

S'agissant du résultat du référendum, 52% (+7) pronostiquent une victoire du non, 24% (-6) celle du oui, 24% (-1) ne se prononcent pas.

Interrogés sur le "sentiment qui résume le mieux leur état d'esprit" sur l'avenir de l'Europe, 41% répondent "la méfiance", 34% "l'espoir", 15% "la confiance", 9% "la peur", 1% ne se prononce pas.

Avec la nouvelle Constitution , 43% pensent que le poids de la France en Europe sera moins important, contre 38% d'opinions contraires. Ils sont 9% à dire que cela ne changera rien, le pourcentage des sans avis atteignant 10%.

Par ailleurs, une nette majorité (55%) estime qu'avec le nouveau traité constitutionnel les conditions de vie des gens comme eux vont se détériorer, 27% s'attendent à des améliorations, 10% pensent que cela ne changera rien, et 8% ne se prononcent pas.

Ce sondage a été réalisé, par téléphone, auprès d'un échantillon de 946 personnes représentatif de la population française inscrite sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article