Grèce

Publié le par France Républicaine

ATHENES, 12 avr 2005 (AFP) - Le gouvernement conservateur grec a rejeté mardi toute organisation d'un référendum sur la Constitution européenne réclamé la veille par les trois partis parlementaires de l'opposition de gauche, alors que le Parlement entame le débat de ratification.

Le gouvernement "considère qu'il n'y a aucune raison d'organiser un référendum après la ratification attendue de la Constitution européenne au parlement national", a déclaré le porte-parole adjoint du gouvernement, Evangélos Antonaros.

Les 300 députés grecs doivent entamer mardi soir le débat sur la ratification qui durera trois ou cinq jours selon le nombre de parlementaires inscrits aux débats.

M. Antonaros a indiqué que les deux principaux partis, la Nouvelle Démocratie (conservateur au pouvoir) et le Pasok (socialiste, opposition), qui représentent quelque 90% du corps électoral et dont les députés ont été élus il y treize mois, s'étaient prononcés en faveur de la Constitution européenne.

Depuis le retour de la démocratie en Grèce en 1974, les relations de la Grèce avec l'Union européenne "ont toujours été traitées par la voie parlementaire, c'est la voie de la Grèce", a affirmé le porte-parole.

Lundi soir, le Pasok, le parti communiste KKE et le Syn, un petit parti de gauche autogestionnaire, ont déposé une demande commune de referendum. Le Pasok réclame une consultation populaire pour des raisons "pédagogiques", tandis que le KKE et le Syn sont opposés à la Constitution , le premier par traditionnel anti-européanisme, le second car il juge le texte trop "libéral".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article