MPF - Villiers

Publié le par France Républicaine

PARIS, 10 avr 2005 (AFP) - Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France (MPF) a vigoureusement dénoncé dimanche sur Europe 1 l'intervention du président Jacques Chirac jeudi sur TF1, en la qualifiant de "politique-spectacle-marketing".

"Cette émission me choque (...). En 1992 au moment du référendum sur Maastricht, le président Mitterrand avait affronté un tenant du non, Philippe Séguin, dans un débat équilibré, contradictoire. Là, Jacques Chirac ne se sent pas d'attaque pour dialoguer avec des adultes et il a choisi des adolescents pré-sélectionnés par un conseiller à la communication. Avec Fogiel et Delarue (deux des trois animateurs de l'émission: ndlr) c'est une émission de politique-variété", a assuré M. de Villiers.

"C'est une émission, à façon, de politique spectacle-marketing (...) une mascarade", a-t-il poursuivi en ajoutant "qu'il est plus facile de parler à des jeunes dont on a préparé les questions qu'à des journalistes-spécialistes qui exercent leur droit de suite". "Je trouve cela grotesque et scandaleux".

Jeudi soir sur TF1, le chef de l'Etat doit dialoguer avec 80 jeunes, l'émission étant animée par Patrick Poivre d'Arvor entouré de Marc-Olivier Fogiel, Jean-Luc Delarue et Emmanuel Chain.

M. de Villiers a reproché au gouvernement "d'acheter les voix du oui", après l'envoi par le ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau d'une lettre aux exploitants agricoles relative à des aides aux vacances.

Il a alors ironisé: "Bientôt M. Borloo (ministre de l'Emploi) va écrire aux 2,5 millions de chômeurs pour leur dire +si le oui l'emporte, vous aurez un emploi+, bientôt M. Raffarin écrira aux chasseurs pour leur promettre des lapins et aux pêcheurs à la ligne des truites géantes. Profitez, le guichet est ouvert !"

"J'ai le sentiment, a par ailleurs affirmé M. de Villiers, que le non monte dans les profondeurs du pays, qu'il est contagieux et que le oui est chétif"

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article