PS - Fabius

Publié le par France Républicaine

PARIS, 6 avr 2005 (AFP) - Le numéro 2 du Parti socialiste, Laurent Fabius, a déclaré mercredi sur France 3 que "ce n'est pas le non qui débouche sur la crise, c'est la crise qui débouche sur le non" au référendum sur la Constitution européenne.

Selon M. Fabius, "les Français s'intéressent de plus en plus à la Constitution européenne et ils comprennent de plus en plus de quoi il s'agit (...). La question posée n'est pas : êtes-vous pour ou contre l'Europe, mais quelle Europe voulez-vous. Les Français ne veulent pas de dérive européenne : délocalisations, politique régressive, élargissement indéfini, etc., et ils ne veulent pas que la Constitution aille dans le sens de ces dérives".

Interrogé pour savoir si une victoire du non condamnerait l'avenir de l'Europe, l'ancien Premier ministre a répondu : "Bien sûr que non. Ce n'est pas le non qui débouche sur la crise, c'est la crise qui débouche sur le non".

"Si un pays vote non, on se met autour d'une table et on renégocie. Dans cette renégociation, les pays qu'on entendra, c'est précisément ceux qui auront dit non. Si la France dit non, ça veut dire qu'on parlera beaucoup plus du social, en particulier, qui est nécessaire", a-t-il ajouté.

"Je crois que la position qui permet d'avoir une Europe plus forte, une Europe sociale, une Europe-puissance, c'est un non d'espoir, un non constructif (...)", a conclu M. Fabius.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article