syndicats - FO

Publié le par France Républicaine

PARIS, 4 avr 2005 (AFP) - Force Ouvrière a annoncé lundi avoir voté une résolution jugeant que le projet de traité constitutionnel européen comporte des "dangers" et "constitutionnalise une logique économique préjudiciable aux salariés", tout en s'abstenant de donner une consigne de vote au référendum.

Le comité confédéral national de FO, réuni mercredi et jeudi, a voté une résolution jugeant que le traité, en "inscrivant de fait dans le marbre le pacte de stabilité et de croissance, constitutionnalise une logique économique unique et restrictive", a annoncé son secrétaire général Jean-Claude Mailly à la presse.

Celle-ci est "préjudiciable aux salariés en termes d'emploi, de salaires, de protection sociale, de services publics et d'égalité d'accès aux services publics", affirme le texte voté à l'unanimité moins 13 abstentions par les 103 unions départementales et les 33 fédérations professionnelles du syndicat.

Pour le syndicat, qui estime avoir "mis en garde" les salariés sur les "dangers contenus dans le projet de traité" par le biais de fiches techniques consacrées au texte et disponibles sur son site internet, "l'institutionnalisation de la libre concurrence conduit à l'institutionnalisation du dumping social".

Au terme d'un débat "très critique sur les modalités de la Constitution européenne", le syndicat a décidé de se conformer à sa "tradition d'indépendance et de laïcité" en ne donnant pas de consigne de vote pour le référendum du 29 mai, a rapporté M. Mailly.

"Il appartient aux citoyens de se forger une conviction, mais pour autant nous ne sommes pas neutres, nous avons une analyse critique de la construction européenne", a-t-il affirmé.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article