MPF - Villiers

Publié le par France Républicaine

PARIS, 3 avr 2005 (AFP) - Le président du Mouvement pour la France (MPF), Philippe de Villiers, a affirmé dimanche que son "non" au référendum sur le traité constitutionnel européen était "un non de projet, un non d'avenir".

"Si le non l'emporte, il faudra faire une Europe vraiment européenne, sans la Turquie", a-t-il dit lors de l'émission "le Grand Jury" LCI-RTL-Le Monde.

"Si le oui l'emporte, la négociation sur l'entrée de la Turquie sera irréversible" mais "si le non l'emporte, il y aura un choc, il sera d'effet immédiat, ce sera la suspension de la négociation sur l'entrée de la Turquie dans l'Europe", a-t-il dit.

"Si le non l'emporte tout sera remis à plat, il y aura un choc", a-t-il poursuivi en estimant que "le premier pays qui dira non posera ses conditions".

Estimant que le "référendum n'est pas une élection présidentielle", M. de Villiers a jugé que le président Jacques Chirac "ne se sentait pas d'attaque pour discuter avec des adultes et les tenants du non".

Jacques Chirac a décidé de lancer jeudi sa campagne pour le oui au référendum par un débat avec des jeunes à l'Elysée, retransmis en direct sur TF1.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article