Pour une Europe sociale et démocratique

Publié le par France Républicaine

PARIS, 30 mars 2005 (AFP) - Des partisans du non au référendum sur la Constitution européenne, issus de partis, de syndicats ou d'associations, ont lancé une pétition "pour une Europe sociale et démocratique", préconisant un autre projet que celui qui sera soumis au vote des Français le 29 mai.

Les responsables de la pétition "se sont dits "engagés pour le non", mais aussi avoir une démarche "positive et constructive".

"Nous demandons (...) une nouvelle négociation portant sur deux textes distincts": une Constitution mettant en place "un système parlementaire", avec un gouvernement responsable devant le Parlement européen, et "un traité social" qui "change les règles du jeu" notamment en matière de monnaie et de fiscalité, indiquent les signataires de la pétition, qui ont annoncé l'organisation d'une "fête pour le non" le 21 mai.

Lancée par Pierre Larrouturou (PS), elle a été signée par une cinquantaine de personnes. Parmi elles : José Bové, ex-responsable de la Confédération paysanne, Patrick Pelloux, porte-parole des médecins urgentistes, Gérard Pelletier, président de l'association des maires ruraux, Jacques Lemercier (FO), Francine Bavay et Gilles Lemaire (Verts), Patrick Braouezec (PCF), et des députés socialistes tels François Loncle, Henri Emmanuelli, Michel Charzat (maire du XXe), Serge Blisko (maire du XIIIe).

"Ce texte n'est pas bon, il faut dire non, hélas non, mais on propose une alternative", a souligné M. Larrouturou en présentant la pétition à la presse. "Nous ne nous contentons pas de dire non, nous disons qu'il existe des pistes, nous demandons une Constitution ", a renchéri Francine Bavay.

Le Belge Jean-Maurice Dehousse, ancien ministre-président socialiste de la région Wallonne, a fait valoir que les Français qui se battent pour le non portent "une espérance très forte" de pays où il n'y a pas de référendum.

"Notre non est un non joyeux", a assuré José Bové, qui a précisé que l'"initiative festive" du 21 mai voulait "montrer que le non, ça file la pêche et qu'en votant non, l'avenir est devant nous".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article