PS - NM - Emmanuelli

Publié le par France Républicaine

PARIS, 29 mars 2005 (AFP) - Le député PS des Landes Henri Emmanuelli, partisan du non au référendum européen, qualifie "d'ahurissant" le "lavage de cerveau" que pratiquent les "avocats du oui" pour obtenir le soutien des Français à la constitution européenne.

Dans une interview publiée mercredi par "Les Echos", M. Emmanuelli lance un avertissement aux partisans du oui en faisant valoir qu'un "tel lavage de cerveau peut provoquer en retour une vive réaction".

"Quand la Grande-Bretagne dit non à l'euro et refuse la Charte des droits fondamentaux, elle ne se marginalise pas, elle mène la danse", répond le député, comme on lui demande si une victoire du non "n'affaiblirait pas la position" de la France dans l'Union européenne.

Pour lui, "dire que la France, pays fondateur de l'Europe, et l'un de ses principaux contributeurs, pourrait s'affaiblir en résistant est un argument défaitiste".

Par ailleurs, après avoir combattu le projet de directive Bolkestein sur les services, M. Emmanuelli critique vivement un projet de révision de directive de la commission européenne relative au temps de travail dans l'UE .

Pour lui, ce projet "remet en cause le mouvement historique de diminution du temps de travail et menace les salariés de régression sociale en réduisant sérieusement leurs droits". Il estime en outre qu'il "permet de recourir à +l'opt-out+ même si le terme n'est pas employé".

"Cette clause, utilisée en Grande-Bretagne depuis 1993, ajoute-t-il, prévoit qu'une entreprise peut déroger aux textes européens si le salarié donne son accord". Mais, selon lui, dans les faits, "le salarié n'a pas le choix: s'il ne signe pas, il n'est pas embauché".

Le projet de révision de directive vise à lutter contre la tendance britannique à systématiser les exceptions au plafond de 48 heures hebdomadaires, en encadrant plus strictement les dérogations.

En contrepartie, il porte à 12 mois, contre quatre actuellement, la période de référence pour vérifier qu'une entreprise ne dépasse pas ces 48 heures.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article