référendum - sondage CSA 55%

Publié le par France Républicaine

PARIS, 25 mars 2005 (AFP) - Les intentions de vote en faveur du non au référendum constitutionnel européen s'établissent à 55%, contre 45% en faveur du oui, enregistrant une nouvelle forte progression par rapport aux précédentes enquêtes, selon un sondage CSA pour l'hebdomadaire Marianne à paraître samedi.

Un précédent sondage CSA pour Le Parisien, réalisé les 16 et 17 mars, donnait pour la première fois le non majoritaire à 51% contre 49% au oui.

Une enquête Ipsos pour le Figaro et Europe 1, réalisée les 18 et 19 mars, avait confirmé la tendance, avec le non à 52% et le oui à 48%.

Selon le sondage CSA Marianne, réalisé le 23 mars, 50% des personnes interrogées expriment leur intention de s'abstenir ou de voter blanc ou nul, contre 53% auparavant, lors du référendum du 29 mai.

Interrogés sur le résultat qu'ils espèrent "au fond d'eux-mêmes", les sondés se prononcent majoritairement (37%) pour une victoire du oui, 30% souhaitant la victoire du non et 33% affirmant que "cela n'a pas d'importance".

Les sympathisants de gauche se prononcent majoritairement pour le non à 58% (+1 point) contre 42% pour le oui (-1). Le non progresse davantage à droite qu'à gauche, gagnant 5 points à 41% des intentions de vote.

Sondage réalisé par téléphone le 23 mars, auprès d'un échantillon national de 856 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, inscrite sur les listes électorales (méthode des quotas).

 

@

 

PARIS, 25 mars 2005 (AP) - Le "non" à la Constitution européenne l'emporterait avec 55% des voix, contre 45% pour le "oui", si le référendum prévu le 29 mai sur la ratification de la Constitution européenne était organisé aujourd'hui, selon un sondage CSA paraissant samedi dans l'hebdomadaire "Marianne".

Selon ce sondage, la moitié des Français seulement ont arrêté leur vote, 50% des sondés déclarant vouloir s'abstenir ou voter blanc ou nul.

Cette enquête, la troisième de suite à donner la victoire au "non", a été réalisée mercredi, au lendemain de la décision du Conseil européen de réécrire le projet de directive Bolkestein qui avait créé une vive polémique en France.

Les électeurs qui se disent proches de la gauche sont plus nombreux (58%) à rejeter le traité constitutionnel que les électeurs proches de la droite, qui prévoient à 59% de voter en faveur du texte.

Alors que le Parti socialiste et les Verts se sont officiellement prononcés en faveur de la Constitution , le "oui" est minoritaire parmi les sympathisants de ces deux formations: 54% des partisans du PS et 55% de ceux des Verts se disent prêts à voter "non".

A droite, 73% des électeurs proches de l'UDF et 61% des proches de l'UMP se préparent à voter pour la ratification par la France de la Constitution européenne.

Les opposants au texte expliquent d'abord leur choix par leur opposition à la Turquie (31%) et leur espoir que le rejet du référendum entraïne "une réorientation des politiques européennes dans un sens plus social" (29%).

Dans le camp du "oui", les électeurs expliquent qu'ils sont "pour l'Europe" (46%) et qu'ils pensent "qu'il est important d'avoir une Constitution pour l'Europe".

- sondage effectué par téléphone le 23 mars auprès d'un échantillon national représentatif de 865 personnes âgées de 18 ans et plus inscrites sur les listes électorales, d'après la méthode des quotas.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article