Bolkestein : Madelin lève le lièvre

Publié le par France Républicaine

PARIS, 24 mars 2005 (AFP) - Alain Madelin, député UMP d'Ille-et-Vilaine, a estimé jeudi qu'en acceptant le principe d'une révision de la directive Bolkestein, "l'Europe entière a voulu faire plaisir à la France et à Jacques Chirac" avant le référendum du 29 mai sur la Constitution européenne.

Commentant le sommet de Bruxelles, l'ancien ministre de l'Economie a affirmé sur Europe 1 que "l'Europe entière a voulu faire plaisir à la France, à Jacques Chirac, de façon à permettre à celui-ci de ne pas trop effrayer l'opinion publique et d'essayer de gagner encore le référendum". "Bien évidemment, les Européens ne souhaitent pas que le non l'emporte en France", a-t-il dit.

Selon M. Madelin, "la libéralisation des services est inscrite dans le traité de Rome depuis l'origine et elle est absolument nécessaire". "La France, qui a une très forte industrie de services, a tout à y gagner", a-t-il dit.

Il a souligné que la directive Bolkestein "ne tombait pas du ciel" mais avait été "adoptée à l'unanimité en janvier 2004 par la commission Prodi" et donc par les deux commissaires français".

Il a dénoncé l'attitude des "politiciens français, de gauche comme de droite, qui pour des raisons démagogiques et électoralistes cherchent à faire de l'Europe et des réformes libérales absolument nécessaires un repoussoir pour favoriser les corporatismes".

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article