MARS - Coquerel

Publié le par Laurent Pelvey

communiqué d'Eric Coquerel, président du Mouvement pour une Alternative Républicaine et Sociale (MARS), 22/03/2005

 

En quelques jours sont prises ou annoncées des décisons inhabituelles à Bruxelles : révision de la directive Bolkeinstein, assouplissement des critères du pacte de stabilité. On entend même des commissaires réagir contre le "dumping social" ! Qui sera assez naïf pour ne pas voir là des réactions à la montée du non en France ? Ce léger infléchissement prouve que lorsque le peuple de l'un des pays fondateurs et pilier de la construction européenne donne de la voix, il est possible de renverser le soi-disant rapport de force défavorable derrière lequel s'abritent souvent nos dirigeant pour imposer une politique libérale et, pire, le traité qui prétend constitutionnaliser celle-ci. Mais ne nous faisons aucune illusion : si le oui finissait par l'emporter, ces promesses s'envoleraient aussi vite qu'elles sont venues et le rouleau compresseur libéral se remettrait en route de plus belle.

Au contraire, ces réactions nous prouvent qu'un autre avenir existe pour la construction européenne. Celui d'une Europe qui se donnerait d'autres objectifs que de devenir un vaste marché affranchi au maximum des règles collectives et auquel plus aucune des activités humaines n'échapperait. Celui d'une Europe respectant la souveraineté populaire et se donnant pour objectif d'améliorer partout la justice sociale et le bien être des peuples qui la composent, une Europe agissant pour la paix en son sein et dans le monde. Une Europe qui ne serait pas en contradiction avec nos fondements républicains.

Le MARS invite les femmes et hommes de gauche et de progrès qui envisagent de voter de s'abstenir ou de voter oui à réagir. Le oui ne fera que valider la politique libérale que nous subissons depuis 20 ans. Il est un vote de reconcement. A l'inverse, seul le non peut nous permettre de dessiner un autre avenir pour la France et pour l'Europe pour nous et pour les générations futures. Le non est un vote de courage, de progrès et d'avenir. Ne restons pas au milieu du gué : le 29 mai changeons pour de bon la donne !

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article