Chaîne du non

Publié le par France Républicaine

 

PARIS, 22 mars 2005 (AFP) - Deux députés UMP, Nicolas Dupont-Aignan et Jacques Myard, ont lancé mardi la "chaîne du non" au référendum du 29 mai sur la Constitution européenne, et proposent un "projet alternatif" pour une "Europe de la paix sociale", une "Europe sans la Turquie".

La "chaîne du non" qu'il lance avec M. Myard et d'autres élus -les députés Gilles Bourdouleix, Patrick Labaune, François-Xavier Villain, le sénateur Jacques Baudot notamment- passe par l'internet ("envoi de cinq millions de messages") et le porte-à-porte ("un million de porte-à-porte réalisés par 2.000 militants").

Leur campagne se fera également à travers des déplacements à travers la France, des tractages, des débats. A ce propos, M. Dupont-Aignan a regretté que les partisans du oui de son parti aient refusé de débattre avec lui.

La Constitution , c'est "l'Europe de la jungle", a affirmé M. Dupont-Aignan, également président du club Debout la République, lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale, au cours de laquelle il a également dénoncé un "Parlement (européen) de pacotille, qui ne représente pas la France".

Comme "alternative", le député propose une "Europe aux frontières délimitées, sans la Turquie, la refonte complète des institutions européennes, une Europe puissance qui respecterait les Etats-Nations et une politique indépendante de la France en matière de défense".

M. Dupont-Aignan chiffre cette campagne à 100.000 euros et lance une souscription. "Nous imprimerons nos tracts au fur et à mesure" que l'argent arrivera, a-t-il précisé.

Devant les sondages donnant le non majoritaire, "il ne faut pas crier victoire mais nous savions que nos concitoyens avaient soif de connaissance et de précisions sur la Constitution . Il faut sortir du double langage, ce qu'on dit à Bruxelles, ce qu'on dit à Paris", a-t-il affirmé en prenant l'exemple de la directive Bolkestein, qu'il a qualifiée de "mensonge d'Etat".

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article