MPF - Villiers

Publié le par France Républicaine

PARIS, 17 mars 2005 (AFP) - Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France, a assuré jeudi soir sentir "sur le terrain", le non à la Constitution européenne "monter lentement mais sûrement", même s'il recommande de rester "très prudent" face au premier sondage plaçant le non devant le oui.

"La campagne est longue et peut connaître de nombreux rebondissements", a observé auprès de l'AFP le président du Conseil général de Vendée. "Cela étant, ce sondage tend à démontrer que le non peut l'emporter".

"Le non est concret, le oui est abstrait; le non est polyphonique, le oui est cacophonique", a assuré M. de Villiers.

"Le non est utile car d'effet immédiat, avec trois conséquences dans les jours qui suivront la décision du peuple français", a-t-il argumenté: "la suspension immédiate de négociations sur l'entrée de la Turquie, l'enterrement de première classe de la directive Bolkestein et la renégociation d'un traité refondateur".

"Les Français sentent que c'est le premier pays qui dira non qui prendra la main", selon lui.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article