PS - Bartolone

Publié le par France Républicaine

PARIS, 8 mars 2005 (AFP) - Le député de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone, s'est insurgé mardi contre "les attaques personnelles inacceptables" lancées dans la journée contre le numéro 2 du parti Laurent Fabius par des proches de François Hollande.

Le député de l'Essonne Julien Dray avait déclaré "sentir monter beaucoup dans le pays un rejet de Laurent Fabius". Il faisait écho à une phrase de M. Bartolone reproduite dans Libération déclarant, à propos du débat interne sur l'Europe, ne pas avoir senti "une telle opposition fondamentale, au (sein du) PS et à gauche, depuis le débat sur les nationalisations" avant 1981.

Son collègue de l'Isère André Vallini avait reproché à l'ex-Premier ministre d'"ajouter l'hypocrisie au mépris des militants" qui ont voté par une nette majorité en décembre 2004 pour le oui au traité constitutionnel européen. "Si, par malheur, le non l'emporte au référendum, les militants ne désigneront jamais" M. Fabius comme candidat du parti en 2007 en raison de son attitude du moment, avait ajouté M. Vallini.

"Ce sont des attaques personnelles inacceptables", a déclaré à l'AFP M. Bartolone, en les qualifiant aussi de "méprisables".

Selon M. Bartolone, MM. Vallini et Dray, ainsi que le président du groupe socialiste Jean-Marc Ayrault "essaient de disqualifier la parole d'un pro-européen convaincu qui a un discours fort qui porte à gauche". "Tout cela ne vise qu'à imposer le silence", a-t-il ajouté.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article