syndicats - CFE-CGC

Publié le par France Républicaine

PARIS, 8 mars 2005 (AFP) - Jean-Luc Cazettes, président de la CFE-CGC, a annoncé mercredi qu'il ferait "personnellement campagne" pour le "non" au référendum sur le traité constitutionnel européen au sein de son organisation, avant qu'elle ne se prononce "fin avril ou début mai".

"On n'ira vraisemblablement pas jusqu'à prendre position sur le traité au niveau de l'organisation, mais à titre individuel je ferai campagne personnellement pour le non" au sein de la CGC, a déclaré à la presse le président du syndicat des cadres.

La CFE-CGC réunira ses instances "fin avril ou début mai", a-t-il encore indiqué, afin de définir sa position sur le traité constitutionnel, dont la ratification par la France fera l'objet d'un référendum le 29 mai.

Cette consultation, selon M. Cazettes, sera aussi "l'occasion de sanctionner le gouvernement s'il ne fait rien" au plan européen, face à deux directives, celle portant sur les temps de travail et celle sur les services (dite Bolkestein) qui menacent des acquis sociaux.

La CFE-CGC appelle le gouvernement à bloquer définitivement la directive Bolkestein sur la libéralisation des services en Europe, jugeant insuffisante sa "suspension" actuelle.

Le projet de directive européenne d'inspiration libérale, préparée par l'ancien commissaire néerlandais au marché intérieur, Frits Bolkestein, si elle venait à être appliquée en l'état, permettrait aux entreprises d'appliquer le droit de leur pays d'origine, au risque d'encourager le dumping social.

Elle a été remise en chantier après avoir provoqué un tollé du côté des syndicats et a rencontré l'hostilité de gouvernements comme celui de la France.

Une proposition de résolution demandant le "réexamen" de cette directive sera examinée par l'Assemblée nationale le 15 mars, a-t-on appris mardi.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article