CPNT

Publié le par Laurent Pelvey

communiqué de presse de CPNT, 12/01/2005

 

Référendum sur la Constitution européenne :
Pour CPNT, c’est non, non et non !

 

Par l’organisation d’un référendum sur l’Europe et sa Constitution, le Président de la République a annoncé une décision qui répond favorablement à une vieille revendication de CPNT.

Dans ce référendum, CPNT appellera à voter NON à cette Constitution qui n’est d’une part qu’un braderie des pouvoirs français et d’autre part, un abandon clair de nos différences, de nos spécificités nationales et un sacrifice de nos cultures, de nos services publics, de notre agriculture, de notre système social (même s’il est imparfait) et de nos emplois au profit d’un super-état fédéral.

Pour CPNT, voter NON à la Constitution, c’est refuser les diktats des technocrates européens et la dérive fédéraliste de l’Union Européenne. Voter NON, c’est veiller au respect des différences, des libertés et du bien-être quotidien de chacun.

CPNT se félicite néanmoins de voir que dans ce débat sur la Constitution européenne, certains reprennent enfin leurs esprits, que ce soit par conviction refoulée ou calcul électoraliste pour 2007, en rejoignant la position sur l’Europe de CPNT qui elle, n’a pas varié d’un pouce et demeure une constante depuis sa création en 1989.

Pour CPNT, s’il convient certes de poursuivre et d'intensifier la coopération européenne dans le respect des différences et spécificités nationales – et non d’intensifier comme c’est le cas l’intégration européenne en transférant tous les pouvoirs aux technocrates de Bruxelles -, il faut d’abord veiller dans ce référendum à ce qu’on n’escamote pas le vrai débat. En effet, celui-ci ne doit pas se résumer en un simple "Plébiscite pour l’Europe" ou en un débat "Pour ou Contre le gouvernement en place" ou "est-ce bon ou mauvais pour les élections présidentielles de 2007 ?". La seule question qui vaille, c’est "cette Constitution est-elle bonne pour la France ?" et en l’état, c’est NON !

Dans ce débat, il faut veiller à ce que tout soit mis sur la table : un bilan "coûts/avantages" de l’Europe avec toutes les implications futures, les problèmes, les restrictions, le "qui paiera quoi ?" et la place de la France dans cette Tour de Babel européenne.

CPNT, dénonçant la campagne institutionnelle pro Constitution avec les moyens publics, attend également de l’Etat une égalité d’accès au débat avec des moyens équivalents donnés à chaque parti pour exprimer leur position et leurs arguments : c’est une nécessité démocratique !

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article