PCF

Publié le par France Républicaine

 

PARIS, 11 fév 2005 (AFP) - Le PCF a ironisé vendredi sur la défection de deux des quatre chefs d'Etat et de gouvernement à la réunion de Barcelone organisée le soir même en faveur du oui au traité constitutionnel européen.

"Mal en point, il semble que le Oui soit en proie à la grippe espagnole", commente le PCF dans un communiqué, après que le président du conseil italien Silvio Berlusconi puis le chancelier Gerhardt Schroeder ont fait savoir que, grippés l'un et l'autre, ils ne pourront se joindre au président du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et au président français Jacques Chirac.

"La dynamique du Non, elle, continue de se développer", affirme-t-il.

Selon les communistes français, l'Europe souffre, non pas de la grippe, mais "du libéralisme".

La réunion de Barcelone est organisée à neuf jours du référendum du 20 février en Espagne sur la Constitution européenne.

 

@

 

PARIS, 11 fév 2005 (AP) - Le Parti communiste français s'est amusé vendredi de la contagion de "grippe espagnole" dans le camp du "oui" à la Constitution européenne à propos de l'absence de Silvio Berlusconi et de Gerhard Schroder de la réunion de Barcelone.

"Mal en point, il semble que le 'oui' soit en proie à la grippe espagnole. La dynamique du 'non', elle, continue de se développer", observe le PCF dans un communiqué.

Selon les communistes, "tout concourt à montrer que l'Europe est malade du libéralisme".

Silvio Berlusconi et Gerhard Schroder ont renoncé à se rendre à Barcelone, où ils auraient dû participer vendredi soir avec Jacques Chirac et José Luis Rodriguez Zapatero à une réunion en faveur de la ratification de la Constitution européenne. Le président du conseil italien et le chancelier allemand ont tous deux invoqué la grippe.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article