MRC - Chevènement

Publié le par France Républicaine

PARIS, 9 fév 2005 (AFP) - Jean-Pierre Chevènement, président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), a souligné, mercredi sur France Info, que l'on ne votait pas "sur l'Europe mais sur la Constitution " lors du référendum sur le projet de traité, prévu avant l'été.

"Nous allons voter sur des règles", a-t-il insisté. "Le vrai problème, a ajouté M. Chevènement, est de savoir si les règles qui sont posées dans cette constitution nous aident à relever les défis d'un monde qui a beaucoup changé depuis le traité de Rome". Pour lui, la réponse est négative.

"Il y a beaucoup de déclarations de principe", a-t-il reconnu, "mais dans la réalité toutes les règles tendent à un libéralisme absolu, à un désarmement unilatéral dans un monde profondément déséquilibré".

"En pérénisant ces règles" avec l'adoption de la Constitution , "on va naturellement vers un naufrage social programmé", a-t-il affirmé.

"Je pense que le non peut l'emporter", a-t-il dit, en dépit de "l'inégalité des moyens". Pour lui, "les partisans du oui concentrent tous les moyens de l'Etat", "ainsi qu'une bonne partie du système médiatique".

 

@

 

PARIS, 9 fév 2005 (AP) - Opposé à la Constitution européenne, le président du Mouvement républicain et citoyen (MRC) Jean-Pierre Chevènement a estimé mercredi que les partisans du "oui""concentrent tous les moyens" pour servir leurs arguments.

"Je suis sensible à l'inégalité des moyens", a souligné Jean-Pierre Chevènement sur France-Info. Selon lui, "les partisans du 'oui' concentrent tous les moyens: de l'Etat, des partis dominants et également, il faut le dire, une bonne partie du système médiatique".

L'ancien ministre de l'Intérieur a par ailleurs estimé que le "non" à la Constitution "peut l'emporter" lors du référendum qui doit être organisé en France avant l'été. "Les sondages montrent quand même un certain resserrement du 'non'", a-t-il observé, "ça monte."

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article